Qui sommes nous?

Le collectif VIJIE (Veille Information Jeunes Isolés Etrangers) s’est créé en avril 2018 avec pour objectif principal la lutte contre les politiques discriminatoires et ségrégatives visant les jeunes isolé étrangers dans le département du Doubs. Il entend ainsi peser sur les politiques publiques afin d’obtenir pour ces jeunes de meilleures conditions d’accueil et d’accompagnement.

Depuis sa création, le collectif s’attelle à l’élaboration d’un état des lieux des dysfonctionnements et irrégularités impactant la prise en charge de ces mineurs ou jeunes majeurs, tant dans le champ de l’accompagnement éducatif et social que dans celui de l’enseignement, du soin ou de l’accès au droit. Un diagnostic territorial destiné d’une part à servir de point d’appui pour dialoguer avec les responsables politiques et acteurs institutionnels et d’autre part à interpeller l’opinion publique sur ces questions.

Un enseignant d’un lycée général a du mal à comprendre comment du jour au lendemain un de ses élèves a disparu de sa classe. Le département du Doubs ayant choisi de mettre fin à la prise en charge de ce dernier, le jour de ses 18 ans celui-ci est devenu SDF.

Un éducateur ne sait plus bien ce qu’il peut confier ou non à ses collègues du service de l’Aide Sociale à l’Enfance depuis qu’il sait que parfois, à l’insu des personnes concernées, des informations transitent entre ce service et la préfecture. Il se rappelle de ses cours sur le respect du secret professionnel et ne voit pas comment cela peut être conciliable avec ce qu’il perçoit.

Le voisin d’un hôtel du centre ville s’interroge sur la présence à son abord de nombreux enfants, manifestement désœuvrés et désemparés, livrés à eux même sans la présence d’adultes à leurs côtés. Il s’interroge d’autant plus de cette situation depuis qu’il sait que ces enfants ont pourtant été confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance par le Juge des Enfants.

Enseignants, travailleurs sociaux, personnel hôtelier, familles solidaires, médecins, psychologues, avocats, personnel administratif… croisent le chemin de jeunes isolés étrangers et sont parfois heurtés par la violence institutionnelle à laquelle ces derniers sont quotidiennement confrontés. De leurs places respectives, chacun, chacune, tente de « bricoler » pour ces jeunes des solutions de fortune. Hébergement solidaire, accompagnement bénévole, refus d’appliquer avec zèle certaines directives hiérarchiques… Autant de démarches solidaires et citoyennes qui changent la vie de celles et ceux qui en profitent mais qui ne permettent pas d’éviter à l’échelle du système la reproduction de ces violences, ni même son institutionnalisation.

Le collectif VIJIE propose à toutes ces personnes, mal à l’aise avec ce dont elles sont les témoins, de s’associer à ses travaux. En participant de manière ponctuelle ou régulière aux réunions, ou encore en transmettant au collectif par tout autres moyens des informations qui pourraient venir étayer l’élaboration du diagnostic départemental concernant les dysfonctionnements des dispositifs de prise en charge des jeunes isolés étrangers.